Imprimer

Les Formations proposées

 

Vous pouvez obtenir l'autorisation de base LAPL (ABL) si votre objectif est de vous limiter à des vols locaux. Si vous souhaitez effectuer des voyages en France ou à l'étranger, vous pouvez préparer la licence de pilote privé aéronef léger (LAPL) valable sur le territoire européen (Suisse, Islande, Norvège, Liechtenstein compris) ou le Brevet de Pilote Privé (PPL) mondialement reconnu par l'OACI...

L'ancien brevet de base (BB) n'existe plus depuis le 8 avril 2020.

L'autorisation de base LAPL (ABL)

L'ABL, accordée ou non par le responsable pédagogique de l'aéroclub ne concerne que les élèves suivant une formation au LAPL (et non pas au PPL), étant titulaire d’au moins 6 heures de vol en instruction avec un FI(A) et ayant enregistré au moins 20 atterrissages en solo supervisé. C’est une « autorisation » et non pas une « qualification », ce n’est donc pas un « titre » OACI. L’ABL, à insérer dans le carnet de vol du titulaire, n’est pas délivrée par l’Autorité mais l'aéroclub qui doit en garder trace.

Le candidat doit disposer d’une visite médicale LAPL au minimum. Pour la théorie, il lui faudra être titulaire du Brevet d’initiation aéronautique ou BIA (de moins de 36 mois) ou du PPL(A) théorique (de moins de 24 mois) ou du LAPL(A) théorique (de moins de 24 mois) ou encore du Brevet de Base théorique (de moins de 24 mois) pour ceux qui l’auront passé avant sa disparition effective au 8 avril 2020.

Un pilote sous autorisation ABL pourra voler en local en tant que commandant de bord, sans supervision d’un instructeur FI(A). Par « vol local », il faut comprendre un rayon de 25 nautiques au maximum à partir du terrain de départ, comprenant éventuellement l’accès aux aérodromes implantés dans ce cercle de 25 nm de rayon sous certaines conditions. L’appareil doit être un monomoteur à pistons (de moins de 2.000 kg) utilisé durant la formation et forcément immatriculé en France. Le vol se fait sans passagers à bord dans un premier temps. L’ABL étant une « autorisation » franco-française, elle n’est valable qu’en France et reste liée à l'aéroclub (et donc son aérodrome de base) qui l’a délivrée. Le responsable pédagogique qui l’a délivrée peut ainsi la suspendre si besoin.

La licence de pilote privé aéronef léger (LAPL)

Les principales conditions sont les suivantes :

30h d’instructions au vol sur la classe d’appareil qui sera utilisée lors du test en vol, dont 15 heures en double. Six heures en solo supervisé dont au moins trois heures en navigation en campagne. Navigation de 80 NM au moins et comportant au moins un atterrissage complet sur un aérodrome différent de l'aérodrome de départ. Un examen pratique avec un examinateur (FE).

Le candidat doit avoir obtenu un examen théorique et détenir un certificat médical LAPL.

Les privilèges du titulaire d’une LAPL permettent d’agir sans rémunération en tant que PIC (pilot in command) en exploitations non commerciales, dans la catégorie appropriée d’aéronef.

L'emport de passagers en vol avec trois passagers maximum est possible après expérience de dix heures de vol en tant que PIC.

Les pilotes LAPL se limitent aux vols VFR (visual flight rule), sans rémunération, sur appareils monomoteurs à pistons de masse maximale certifiés au décollage de 2 000 kg, sans limitation de distance.

La licence LAPL est valable sur le territoire européen (Suisse, Islande, Norvège, Liechtenstein compris)

La formation de Pilote Privé d'avion (PPL)

Les conditions sont les suivantes :

  • Un élève pilote doit avoir 16 ans révolus et un certificat médical valide pour effectuer un vol solo.
  • Un candidat à la licence PPL doit avoir 17 ans révolus et un certificat médical valide (classe 2 ou classe 1).
  • Un candidat à la licence PPL doit avoir 45 heures de vol, dont 25 heures de formation en vol en double commande, et au moins 10 heures de vol solo supervisé (dont 5 heures de vol solo sur la campagne et au moins un vol solo de 150 NM avec 2 atterrissages complets intermédiaires).

La formation comprend une initiation au vol sans visibilité (réalisation d'un virage de 180°) et sur les 45 heures exigées, 5 heures peuvent être faites sur un entraîneur au vol ou un simulateur agréé. L'aptitude au vol de nuit exige 5 heures de vol supplémentaires de nuit dont 3 heures de double commande.

Examens théorique et pratique du PPL

L'examen théorique comportera une centaine de questions (à choix multiples) portant sur les chapitres classiques comme la réglementation, les principes du vol, la navigation, etc... Il faudra obtenir 75 % des points alloués pour être reçu à cet examen écrit.

L'examen théorique peut être passé en plusieurs fois mais étalé sur 12 mois maximum. Le candidat a alors 24 mois pour passer l'épreuve pratique et obtenir sa licence PPL.

L'épreuve pratique d'aptitude sera conduite par un examinateur (FE pour " Flight Examiner ") habilité par l'Autorité.

Le programme et des tolérances sont définies dans les PART-FCL. L'épreuve pratique PPL est divisée (sur monomoteur) en 5 sections : si l'on échoue à une seule section, on peut la repasser dans les 6 mois. Un échec à plus d'une section impose de tout repasser.

Privilèges du Pilote Privé d'avion (PPL)

La licence PPL permet d'exercer, sans rémunération, les fonctions de pilote commandant de bord ou de copilote, sur tout avion qui n'est pas exploité à titre onéreux. La licence doit, bien sûr, être valide pour l'avion considéré.

Vols d'initiations au pilotage

Le forfait "vols d'initiations au pilotage" comprend trois vols en place "pilote". Accompagné(e) d'un instructeur, vous aurez l'occasion de piloter l'un des avions-école (Cessna 150) lors de vols d'initiations. (avion deux places)

Plus d'information sur le forfait "vols d'initiations au pilotage".